COLLECTIF SUR LE FRONT DE L’INSERTION

Logo_le_point Paru dans Le Point le 4 juillet 2016
Ils ont réuni leurs forces pour lancer Cap Jeunesse, collectif visant à «ai­der à l’insertion des jeunes au sein de la sciété et dans la vie professionnelle»En début d’année, le général Piquemal pourfendait, à Calais, «le déclin et la décadence de la France»D’autres officiers à la retraite ont, eux, choisi l’action et le redressement. Pierre-Louis Santos, 65 ans, dont dix-sept passés dans la marine nationale, et le général Emmanuel de Richoufftz, 68 ans, se sont rencontrés en janvier dans un café.

Ils ont réuni leurs forces pour lancer Cap Jeunesse, collectif visant à «ai­der à l’insertion des jeunes au sein de la sciété et dans la vie professionnelle»«Il y 150 ooo jeunequdécrochent du système scolaire sans un diplôme. Si on additionnecela  fait 2 millions de jeunes qui ont disparu des radars. Poucertainscest le trafic de drogue ou  le djihadisme. La  patrie est en danger», avertit le général de Richoufftz. Leur initiative ambitionne de fédérer les associations « qui ont les mains dans le cam­bouis ».

Cap Jeunesse en regroupe déjà une quinzaine, avec un objectif d’une cinquan­taine en fin d’année.Saint-Cyrien et an­cien de la Légion passé par le Zaïre et l’ex-Yougoslavie, Emmanuel de Richoufftz n’en est pas à son premier engagement citoyen. En 2004, il devenait le « général des banlieues » en créant un Permis Sport Emploi, parcours d’insertion original ayant accompagné 16oo jeunes avec « un taux de réussite de 60-75 % de candidats qui ont intégré l’entreprise ou fait destagequa­lificatifs»Dans son discours reviennent sans cesse les mots «nation, citoyens et combat ». L’armée serait-elle un re­mède face à une crise de la transmission ?

« Les jeuneattendent un objectifun cadre et degenquleur parlent vraiassure le gradé. Et puis,un général ça sait ce qu’est l’Homme, ça a une vision stratégique et ça a deconvictions pour la France». Le général ne plaide pas pour un retour du service militaire inutile de revenir aux vieilles recetteset le serice militaire n’a jamais été égalitaire»), mais espère «redonner foi» à des batail­lons de désœuvrés. Le slogan  de Cap Jeunesse sonne comme un appel à la mobilisation:«Vis,aime,devienslaFrance».

THOMAS MAHLER

www.capjeunesse.org.

Par | 2018-02-13T09:46:23+00:00 mardi 19 juillet 2016|Le Point|0 commentaire

Laisser un commentaire